Notre adresse

Nos contacts

TEL: 06 51 83 06 22

(répondeur ou SMS)

Association Cheval Communication

43, rue Ch. de Gaulle

78730 St Arnoult 

Design © 2023 by moonlight Glamping  Textes © Cheval Communication, Photos Tacoho Prod / Common Creative

La Beauté est revenue - intro sur la spiritualité Navajo

Mis à jour : il y a 2 jours

Dans la tradition, chez les Navajos, on commence sa journée en se tournant vers l’Est pour prier les Êtres Sacrés et demander leur protection et leur bénédiction. En faisant cela, on invoque, non seulement les forces du présent, mais aussi les forces du passé. Spiritualité, santé, harmonie et beauté sont liées. Les mots Hózhǫ́ náhásdįį' sont souvent prononcés par les Hataalis, les " chanteurs" ( le mot Hataal signifie "chanter" en Navajo). Ils signifient la beauté est revenue. Ils concluent souvent les prières des Navajos.


Comme l'explique la spécialiste française des Navajo, Marie-Claude Strigler :

« Chacune des quelques 576 tribus amérindiennes reconnues par l’État fédéral américain a sa culture, sa cosmologie et sa religion. Si les tribus des Plaines, comme les Lakota, les Cheyenne ou les Comanche s’adressent au Grand Esprit, au Créateur, ce n’est pas le cas des Navajos. En dépit de l’influence de la société majoritaire sur leur culture, un grand nombre de Navajo est toujours très attaché à leur philosophie traditionnelle et à leur système de cérémonies. Le fait qu’il n’y ait pas de mot en langue navajo qui traduise le concept de religion indique que la spiritualité est inséparable de la vie quotidienne. De nombreux Navajo rejettent le concept de religion parce que les religions chrétiennes qu’on a essayé de leur imposer étaient dogmatiques et mettaient l’accent sur leur salut dans un monde très éloigné de leur environnement naturel. »


Un professeur et artiste Navajo, Carl Gorman, disait:

« Certains chercheurs blancs ont écrit que nous n’avons pas de Dieu Suprême ; ils pensent cela parce qu’on ne peut pas le connaître. C’est simplement le Pouvoir Inconnu. Nous l’adorons à travers sa Création. Nous sommes trop insignifiants pour nous adresser directement à une Puissance incompréhensible par l’homme. La Nature nous inspire, et nous l’approchons par cette part de lui qui nous est proche. Nous pensons qu’il est partout dans sa Création. Comme tout dans l’univers contient une partie de son intelligence, nous ne pouvons qu’avoir du respect pour toutes les parties de la Création. »


Les Êtres Sacrés, les Diyin Diné'e furent créés au début par le Niłchʼi Diyin, le Souffle Sacré. Ils ne sont pas aussi éloignés des humains que le Dieu chrétien. Au début, le monde était purement spirituel. Les Êtres Sacrés vivaient avec les humains, qui existaient en ce temps avec une forme non matérielle. Puis, en traversant quatre mondes successifs, les humains prirent la forme matérialisée qu’ils portent aujourd’hui. Les Êtres Sacrés attribuèrent au Peuple quatre montagnes sacrées, pour assurer leur protection et leur fournir tout ce dont il aurait besoin pour vivre. Ces montagnes existent toujours aujourd’hui.

Lorsque les Diyin Dine’é estimèrent qu’ils avaient enseigné aux humains tout ce dont ils avaient besoin pour survivre, (faire du feu, se vêtir, approcher les chevaux, les domestiquer et se déplacer avec eux, trouver et cultiver les plantes comestibles et médicinales, construire leurs habitations…), ils se retirèrent et devinrent invisibles. Pourtant, ils sont toujours présents, car ils sont devenus les formes intérieures des montagnes, des rochers, des arbres, des cours d’eau… Ils peuvent communiquer avec les créatures terrestres par l’intermédiaire du souffle/vent, le Niłchʼi. Certains Navajo considèrent qu'ils sont des présences spirituelles désincarnées qui peuvent apparaître en temps de crise, si les êtres humains ont besoin d’aide. Durant les cérémonies, qui sont en général des rites guérisseurs, les Diyin Dine’é sont présents, même si on ne peut pas les voir.


Lorsqu'ils témoignent de leur relation intérieure avec les chevaux, les Navajo rappellent souvent qu’au début des temps, tous les éléments de la Nature étaient vivants et communiquaient entre eux, y compris les animaux, et aussi les Êtres Sacrés. Tous parlaient la même langue. En particulier, les chevaux communiquaient avec les êtres humains. C'est pour cela qu’aujourd’hui encore, les chevaux sont approchés par des chants, des prières et en demandant l'intervention des Dyin Diné’e.


Tout ce qui est bon dans la vie (beauté, santé, prospérité, bonheur et paix) résulte d’une vie spirituelle centrée et équilibrée qui reconnaît que toutes les parties de l’univers sont vivantes et interdépendantes. Vivre dans ce centre, cet équilibre et cette beauté est résumé par le mot Hózhǫ́ .


La phrase « Hózhǫ́ náhásdįį' » , la beauté est revenue, l’équilibre est à nouveau là, l’harmonie est revenue, c’ est la conclusion de nombreuses prières et cérémonies. Nous espérons que ce soit aussi la conclusion de nos efforts avec l’Association Cheval Communication.