Comment être un visiteur responsable en terre amérindienne ?

Comment être un touriste responsable lorsque l'on visite des réserves amérindiennes ? Comment se comporter en terre amérindienne et lorsque l'on visite une réserve amérindienne ? Aucun voyageur digne de ce nom ne veut manquer de respect à son hôte. Aucun voyageur ne veut apparaître stupide et ignorant des coutumes de l'endroit qu'il visite. Nous avons tous entendu parler des énormes gaffes que l'on peut faire en voyageant, par exemple mettre le pouce vers le haut au Bangladesh, toucher la tête d'un moine bouddhiste, se moucher bruyamment au Japon, ou terminer son assiette en Chine.

Comme vous pouvez vous l'imaginez, il y a des myriades de façon de mettre les pieds dans le plat quand on visite une réserve amérindienne. C'est pour cela que Sarah, de l'agence de voyage gonativeamerica.com donne des conseils aux voyageurs, pour mieux comprendre et respecter les traditions et la culture amérindienne.


Les cultures amérindiennes sont peu connues en Europe. En dehors des stéréotypes sur les « Indiens » transmis par les films de John Wayne, Pocahontas de Walt Disney ou « Danse avec les loups », l'essentiel de ce que l'on connaît en France est issu de la culture Sioux Lakota. La culture amérindienne Navajo est peu connue en Europe, et sa spiritualité est largement méconnue. Chaque nation amérindienne (il y en a plus de 500 !!) a sa propre culture, sa propre langue, tout comme, en Europe, la culture du Sud de l’Italie n’est pas celle de la Suède…

Bien que des événements soient régulièrement organisés en France autour des spiritualités amérindiennes, des Powow, des huttes de sudation, ou d'autres cérémonies, les fondements spirituels des cultures amérindiennes et leur relation au sacré restent souvent incompris.

Tout d’abord, et c’est sans doute le plus important, l'espace et le temps ne sont pas les mêmes lorsque l'on est dans un espace culturel amérindien. On parle du temps indien, Indian time, et ce n'est pas une légende. Quelques indications générales.

La conception européenne est construite sur la question : Qu’est-ce qui va se passer / quel est le déroulé / quel est le programme ?


La conception amérindienne, elle, est fondée sur des principes tout à fait différents, le premier étant : Qu’est-ce qui veut communiquer avec moi maintenant ?


Dans la culture amérindienne, l’univers est vivant, et à chaque instant il veut communiquer avec nous. Tout ce qui nous entoure, les animaux, les éléments, un simple courant d’air, et même nos propres pensées, sont vivants et veulent nous communiquer un message. C’est en étant constamment attentif à ce message que l’on peut rester centré, en équilibre, et donc se maintenir vivant, et aussi acquérir richesse et prospérité. Une conception, donc, radicalement opposée à la mentalité occidentale.


Pas de doutes, l'espace et le temps ne sont pas les mêmes lorsque l'on est dans un espace culturel amérindien. On parle du temps indien, Indian Time, et ce n'est pas une légende. Ce concept des choses qui arrivent quand elles doivent arriver est universellement répandu dans toutes les communautés amérindiennes en Amérique du Nord. Même si vous n'avez pas de patience, et si vous ne comprenez pas ce concept du temps indien, acceptez le, simplement comme une croyance qui vous est étrangère. Vous ne pourrez pas changer les choses en tapant du pied impatiemment ou en fixant votre montre, ni en disant que l'agenda n'est pas respecté, où que c'est l'heure de partir. C'est vous qui êtes venu en terre amérindienne, et à cet endroit, les choses arrivent quand elles arrivent.... Alors, que ce soit dans un restaurant où le serveur tarde à vous apporter votre addition, que ce soit à un powow où les danses ne se déroulent pas selon l'horaire indiqué, où dans un magasin qui n'est pas ouvert selon l'horaire indiqué sur l'affichage, soyez patient, et relaxez vous.

Quand vous rentrerez chez vous en France, et quand vous raconterez à votre famille et vos amis tout ce que vous avez vécu pendant le voyage, vous ne direz pas 'et bien, j'ai mangé un tacos à 6h41 de l'après-midi'.... Vous vous souviendrez de ce que vous avez ressenti, des personnes que vous avez rencontré, des histoires que vous avez entendu. Tout cela, c'est en dehors des horaires et du temps indiqué par votre montre.

Lorsque les choses ne se déroulent pas comme c’était prévu, soyez patient, relaxez-vous, et prêtez attention aux signes. L’univers amérindien veut peut-être entrer en communication , et avec vous aussi, puisque vous êtes venus.es en visiteur.se sur cette terre. . Avez-vous vu ce petit oiseau bleu qui vole au-dessus du canyon ? Son nom en Navajo est Dólii, son chant en Navajo dit : Se sa Háhozhǫ́ǫ́d" - Tout va redevenir Hózhǫ́. Son message est peut-être ce que vous rapporterez de plus important de tout votre séjour.


Pendant une conversation au quotidien

Les peuples amérindiens sont ouverts à la nouveauté, curieux, et c'est vraiment facile d'engager la conversation. Cela ouvre des portes parfois juste incroyables, crée du lien, et permet d'échanger les points de vue. Cependant, ne croyez pas que "tous les Indiens sont des chamanes", comme on le dit parfois. Ne croyez pas non plus que les Indiens attendent votre visite pour vous transmettre des enseignements sacrés, des mots de pouvoir ou des chants de cérémonie. Parfois, ils sont, comme vous, empêtrés dans des problématiques personnelles et familiales et ils n'ont pas envie d'en parler. Souvent, ils protègent leur culture et sont devenus, au fil d'expériences malheureuses, extrêmement sensibles aux tentatives d’appropriation de leur culture. Respectez toujours votre interlocuteur.

Résistez à la tentation bien française d'interrompre votre interlocuteur lorsqu'il parle. En règle générale, il est très impoli d'interrompre une personne amérindienne lorsqu'elle parle. Ne finissez pas les phrases de votre interlocuteur, laissez lui largement le temps d'expliquer ce qu'il veut vous dire. Ne répondez pas avant que vous ne soyez sûr qu'il a bien terminé sa phrase et expliqué ce qu'il voulait dire. Tout spécialement sur la réserve Navajo, écoutez avec calme, la politesse veut que vous  laissiez un temps de silence après que votre interlocuteur ait fini de parler. C'est une pratique spécialement difficile pour les personnes de culture française...


Dans une famille

Si vous êtes invité-e à manger, la politesse implique que vous acceptiez. Cela vous semble peut-être grossier de prendre la nourriture de personnes qui n'en n'ont déjà pas beaucoup, mais cela l'est encore plus de décliner leur invitation. Il y a peut-être quelque chose que vous pouvez donner en échange ?

Sur la plupart des réserve amérindienne, en particulier sur l'ensemble du territoire Navajo, l'alcool est interdit. Il n'est pas permis aux membres de la communauté tribale de vendre de l'alcool ni d'en consommer. Même si cette interdiction ne s'adresse pas à vous, en tant que touriste, consommer de l'alcool sur une réserve amérindienne est injurieux, étant donnée l'histoire passée, l'introduction de l'alcool par les colonisateurs blancs, et les immenses problèmes que l'alcool a créé pour de nombreuses communautés, tant dans le passé que dans le présent.


Au marché

Si vous voulez acheter des bijoux, rappelez-vous qu'ils seront sans doute plus chers en vente directe chez le fabricant que dans un magasin pour touristes. C'est que, dans ces magasins, votre objet vient le plus souvent directement de Chine... Parlez avec l'artisan, et demandez -vous combien de temps il a passé à confectionner ce bracelet en argent ou ce collier. Les bijoux sont magnifiques chez les Navajo, et la plupart sont de très bons orfèvres. Nous prenons le plus souvent une journée pour du shopping, et les objets de turquoise et bijoux que vous emportez vous accompagneront sur votre chemin vers la Beauté. Cela vaut certainement les heures que vous passerez à les choisir.

Notre adresse

Association Cheval Communication

43, rue Ch. de Gaulle

78730 St Arnoult 

Nos contacts

TEL: 06 51 83 06 22

(répondeur ou SMS)

Design © 2023 by moonlight Glamping  Textes © Cheval Communication, Photos Tacoho Prod / Common Creative