Buck Navaho - Pierre Cayol : harmonies des couleurs et des pensées.

Pierre Cayol est un homme du sud. Le sud de la France, qu'il explore et saisit sur ses toiles depuis son mas, à Tavel - et un autre sud, celui des Etats-Unis, où, tout près de Navajo Mountain, perché sur le haut plateau du Colorado, il tisse des liens profonds entre sa culture méditerranéenne, et les savoirs ancestraux des derniers hataali ( les medicine-men chanteurs Navajo) encore en exercice dans la région.


Buck Navaho est de ceux-là. A Naatsis'áán , la Tête de la Terre, au Nord de la réserve Navajo, en Utah, il y a encore quelques années, il n'y avait pas de route goudronnée. Le premier moyen de déplacement, c'était le cheval. Voilà un témoignage poignant d'un des derniers medicine-men en activité dans cette région, que Sylvain Gillier a rencontré en Septembre dernier chez lui, dans son Hogan, grâce à Pierre et Marie Cayol.


Buck Navaho est assis sur son lit dans la fraîcheur de son Hogan, un samedi après-midi torride. Il porte un t-shirt bleu à manches longues, un pantalon de pyjama, et des chaussettes désaccordées.  Généralement, Navaho reçoit des patients venu le visiter, mais cet après-midi là, il est libre. Il montre une vieille chaise, comme on en trouvait autrefois dans les salles de classe des pensionnats, et il dit "Nidáah - Asseyez-vous". 


"J'ai 94 ans", commence Buck en Diné Bizaad - en langue Navajo, "je suis Ashiihi -  du clan du sel. Je ne suis jamais allé à l'école assez longtemps pour apprendre l'anglais, c'est pour cela que je ne parle que le Navajo. Je parle aussi Bayoodzin ( le Paiute) et  un tout petit peu l'espagnol."


 Il rit en frappant dans ses mains et demande quel langage les reporters préfèrent qu'il parle. C'est un honneur de rencontrer Buck Navaho, le fils du dernier Hataałi -  chanteur de la région, Dick Navaho, mort en avril 1957, à l'âge de 107 ans selon ce que l'on dit . La vie de Buck Navaho s'étend sur près d'un siècle au cours duquel on a connu des Hataałi chanteurs Navajo aussi célèbres que Billie Holiday ou John Holiday, célèbres dans tous les environs. Alors qu'il était encore un jeune homme, Buck a passé des heures et des heures à étudier dans le sillage de ces hommes médecine,  et de bien d'autres qui connaissaient les prières et les chants sacrés, les accompagnant lors de si nombreuses réunions dans le Hogan à Navajo Mountain.

Navaho nous dit qu'il a appris ces prières et ses chants parce qu"ils raisonnaient en lui avec tant de force qu'il lui donner vie et le stimulaient. Et, aujourd'hui encore, ses chants et ses prières l'habitent intensément.


Continuer la lecture ? C'est ICI




Interview sur Buck Navaho, Medecine-man et Hataałi , réalisée par Krista Allen pour le Navajo Times et traduit par Marie Cayol. L'interview est parue dans la revue ' De Pierre et de Sable "Indianités" de Pierre et Marie Cayol

Notre adresse

Association Cheval Communication

43, rue Ch. de Gaulle

78730 St Arnoult 

Nos contacts

TEL: 06 51 83 06 22

(répondeur ou SMS)

Design © 2023 by moonlight Glamping  Textes © Cheval Communication, Photos Tacoho Prod / Common Creative